MBCT en Avignon

MBSR & MBCT sont des programmes d’entrainement à la méditation de pleine conscience.

La méditation de Pleine Conscience & Pleine Présence, ou Mindfulness méditation, englobe un ensemble de pratiques dont le premier bénéfice est de libérer l’esprit des ruminations ou des anticipations anxieuses. Les résultats d’études scientifiques révèlent que ces entrainements augmentent les capacités de régulations émotionnelles et attentionnelles et permettent de retrouver rapidement un état émotionnel équilibré après avoir été confronté aux difficultés et sollicitudes quotidiennes.

Ces habilités se développent grâce à un ancrage paisible dans ses ressources essentielles et l’épanouissement progressif d’une qualité d’être et d’une présence solide « dans et avec » les métamorphoses de la vie.

Le programme MBSR a été crée en 1979 par Jon Kabat-Zinn, chercheur en Biologie Moléculaire et médecin émérite de l’université du Massachusetts. Son objectif était d’améliorer la prise en charge des personnes souffrant de stress et de maladies chroniques, puis d’éviter le burn-out des soignants. Cet enseignement est maintenant dispensé dans les universités de médecine et centres de gestion du stress aux Etats Unis et en Europe.

Le programme MBCT a ensuite été formalisé par 3 chercheurs en Psychologie Cognitive, sous le même format et avec les mêmes pratiques que le programme MBSR. Il comprend en plus certains jeux et techniques des approches cognitives et comportementales. Initialement prévu pour améliorer les prises en charge dépressives, il s’est ensuite développé pour aborder les émotions, les ruminations, les ressources et valeurs comme ancrage, et la capacité à s’engager et réaliser ses objectifs malgré les fluctuations émotionnelles ou contextuelles. Ce programme est également enseigné en université.

 

Résultats d’études

Ces programmes sont étudiés par les chercheurs en neuropsychologie et psychologie cognitive*, à la fois pour leurs effets bénéfiques sur les processus physiologiques et psychiques, mais aussi pour leurs influences positives sur les « comportements prosociaux ». Ces comportements regroupent les actes et la communication qui augmentent et affermissent le bien-être relationnel, la capacité à s’engager dans des échanges de coopération et de collaboration, et les compétences d’écoute et d’assertivité.
L’entrainement régulier influencerait donc positivement

  1. les systèmes nerveux autonome, immunitaire et endocrinien ;
  2. les troubles anxieux, les dépressions récurrentes, et plus généralement la régulation émotionnelle ;
  3. l’intelligence émotionnelle et l’attention vigilante détendue, nécessaires aux savoir-être de qualité.