« La société malade de la gestion »

Avec l'aimable autorisation de l'auteur

Vincent de GaulejacConférence à la HETS de Genève

Sous une apparence pragmatique, la gestion constitue une idéologie qui légitime la guerre économique, l'obsession du rendement financier et qui est largement responsable de la crise actuelle. La culture de la performance et de la compétition met tout le monde sous haute pression : épuisement professionnel, stress, suicides au travail. La société n'est plus qu'un marché, un champ de bataille où le remède proposé aux méfaits de la guerre économique consiste toujours à durcir la lutte.

Face à cette mutation, la politique, également contaminée par le « réalisme gestionnaire », semble impuissante à dessiner une autre voie. Peut-on échapper à l'épidémie ?
Peut-on repenser la gestion comme l'instrument d'organisation d'un monde commun ?

C'est justement la piste qu'ouvre ici le diagnostic du sociologue clinicien Vincent De Gaulejac.

 

Vidéo « La Société malade de la gestion » (54 minutes)
Retour à la liste des articles